Nécessité + possibilité = esprits en ébullition

le août 21, 2017

Étudiant en quatrième année de médecine à l’Université de la Colombie-Britannique, Michael Peters est un innovateur qui trouve dans sa vie personnelle l’inspiration et la motivation à améliorer la qualité de vie des personnes aux prises avec un handicap physique. En effet, le prototype qu’il a conçu et soumis au défi d’impression 3D vient résoudre un problème qui le touche de près.

Son inspiration vient de sa mère, qui est atteinte d’une maladie dégénérative, la sclérose latérale amyotrophique (SLA). Diverses difficultés se sont progressivement taillé une place dans son quotidien, dont l’incapacité à se stabiliser la tête, ce qui a accentué la spasticité dans son cou ainsi que l’inconfort associé. Habituellement, on installe alors un appuie-tête sur le fauteuil roulant; toutefois, pour les patients qui ne sont pas encore confinés à un fauteuil, il n’y avait aucun dispositif cervical approprié sur le marché.

Le prototype de Michael est constitué d’une mentonnière facilement adaptable et d’une base appuyée sur la partie supérieure de la poitrine. Le support suit la courbe de la mandibule et est relié à la base par des barres de soutien verticales.

« Grâce à cette démarche avec Joule, j’ai pu faire passer mon idée au stade de prototype rapidement, ce qui autrement m’aurait pris des mois, voire des années. »

La création et l’évaluation approfondie de versions améliorées du prototype pourraient mener au développement d’un produit plus achevé, et éventuellement à sa commercialisation.

Le jeune créateur imagine déjà son collier cervical utilisé dans les établissements de santé et par des patients qui n’auraient pas les moyens de se procurer un autre dispositif personnalisé. Il croit fermement que l’impression 3D est un moyen viable et économique de produire des supports cervicaux légers qui – et c’est essentiel – sont adaptés à chaque patient.

Michael a toujours cru à la maxime « La nécessité est mère de l’invention ». En plus d’avoir inspiré son travail d’innovation, sa propre mère est la motivation derrière son choix de devenir médecin et de jouer un rôle dans le secteur de la santé.

Joule comprend que de nombreux travailleurs du domaine médical ont d’excellentes idées pour élaborer ou améliorer des outils ou des procédures, mais pas forcément le temps ou l’expertise pour les concrétiser. Par son défi d’impression 3D, elle a permis un prototypage rapide et fait en sorte que les projets des participants dépassent le simple stade d’idée.

Le mot de la fin appartient à Michael : « C’est extraordinaire d’avoir une société comme Joule pour nous aider et nous guider, moi et les autres travailleurs du domaine, dans la démarche d’innovation – un terrain inconnu pour bon nombre d’entre nous. »